L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture
Corporate Finance et Private Equity

TECH

[TECH] Vade Secure veut parler américain

PAR  | 13 juin 2019 | 784 mots - 13 conseil(s)
Vade Secure

© Vade Secure

Vade Secure

Le spécialiste lillois de sécurisation des e-mails, protégeant plus de 600 millions de messagerie à travers le monde, veut doper sa croissance avec un tour de table de 70 M€, mené par General Catalyst. Isai, présent depuis 2017, poursuit l'aventure avec un objectif de 50 M€ de revenus l'an prochain.

« Nous n'avons pas levé par besoin de cash, mais plutôt pour profiter d'une opportunité incroyable sur le marché américain, afin d'y prendre des parts de marché importantes, le champ concurrentiel y étant presque vide », résume ainsi Georges Lotigier, dirigeant depuis 2013 de Vade Secure, pour évoquer la nouvelle levée de fonds du spécialiste de la sécurisation des e-mails. Un tour de 70 M€, très largement abondé par General Catalyst, déjà présent au capital de jeunes pousses hexagonales comme Shift Technology et dont c'est l'un des plus gros tickets jamais injectés. 

Un ex entrepreneur entremetteur

Georges Lotigier Vade Secure

Georges Lotigier, Vade Secure

Le fonds entrepreneurial américain, qui devient par ailleurs le premier actionnaire au capital, investit entre autres aux côtés de Stephan Dietrich (ex Neolane), qui a rejoint les rangs du VC états-unien en novembre dernier, et qui a joué un rôle important dans la médiation avec la PME lilloise, selon le dirigeant. « Au sortir de la conférence RSA de San Francisco en 2018, nous avons été approchés par une cinquantaine de fonds de capital-risque, et nous avons reçu plusieurs propositions, deux américaines, dont celle de General Catalyst, ce dernier étant conseillé par Stephan Dietrich pour investir dans les entreprises françaises. » Isai, ayant glissé près de 6 M€ en direct en 2017 via son fonds Isai Expansion lors du premier tour (lire ci-dessous) et qui ne réinvestit pas, se satisfait du parcours de Vade Secure. « Nous avons accompagné la société pour qu'elle réussisse ses premiers pas outre-Atlantique, et qu'elle connaisse par la suite une trajectoire d'hypercroissance », témoigne Antoine Lacour, directeur associé chez Isai.

Près de 20 M€ de revenus en 2018

Antoine Lacour, Isai

Antoine Lacour, Isai

La solution prédictive de Vade Secure filtre les messageries, analyse l'origine, le contenu et le contexte de chaque mail. Un outil basé sur des algorithmes d'intelligence artificielle, qui se nourrissent de l'étude des données collectées des 10 milliards de courriels envoyés par jour, en provenance des 600 millions de boîtes mails sécurisées, afin d'identifier tout types d'attaques, connues, inconnues ou polymorphes. Une IA qui permet entre autres de détecter et bloquer des malware, ou encore d'explorer en temps réel tous les liens URL présents dans les mails. Revendiquant plus de 5 000 références à travers le monde et un peu moins de 20 M€ de revenus en 2018, la solution s'adresse à trois profils de clients. En premier lieu figurent les fournisseurs et éditeurs de logiciels OEM (Original Equipment Manufacturer), comme Cisco ou Microsoft, auxquels la PME commercialise des briques précises, comme la détection d'URL de phishing (hameçonnage). Elle vend également des briques spécifiques de sécurisation de flux email à plusieurs opérateurs télécom, comme Orange. Cependant, plus de 50 % de ses revenus proviennent de la vente de sa solution complète, entièrement intégrée à Microsoft 365, auprès des entreprises comme Comcast, Softbank ou encore Fujitsu Cloud Services.

La cotation sur le Nasdaq en ligne de mire

Arrivé sur le sol américain, à Boston et San Francisco, il y a un peu moins de deux ans, et qui représente un tiers de son chiffre d'affaires, Vade Secure veut s'y imposer comme l'un des principaux acteurs. La PME de 120 personnes veut profiter de son statut de partenaire officiel de Microsoft 365 et cible particulièrement outre-Atlantique, les MSP (Managed Service Provider), soit des sociétés d'infogérance. « Nous voulons multiplier entre cinq et dix fois la valorisation de l'entreprise d'ici cinq ans. Nous nous mettons en position pour une cotation sur le Nasdaq », conclut le dirigeant, qui n'écarte pas une sortie industrielle. Vade Secure vise près de 50 M$ de revenus en 2020.

Lire aussi :

Vade Secure veut s’attaquer aux États-Unis et au Japon (07/09/2017)

Voir aussi :

Evolution du volume de levées de fonds >50 M€ (S1-2015-S12019)

Evolution du volume de levées de fonds >50 M€ (S1-2015-S12019)

Evolution du volume de levées de fonds >50 M€ - © CFNEWS

Voir la fiche de : VADE SECURE

Voir la fiche de : GENERAL CATALYST

Voir la fiche de : ACTIONNAIRES

BioTech, FinTech, MedTech... Suivez tous les deals et mouvements de la TECH sur les réseaux sociaux.