L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

[TECH] Back Market séduit deux fonds américains Accès libre

Tout juste un an après sa série C, la place de marché de revente de produits reconditionnés veut accélérer à l'international avec un tour record de 276 M€, levé auprès de Generation Investment Management et General Atlantic, aux côtés de plusieurs actionnaires historiques comme Goldman Sachs, Eurazeo Growth ou encore daphni.

- 30 conseils
© Back Market

© Back Market

L'enveloppe de 110 M€, acquise l'an passé, était loin d'avoir été entièrement dépensée (lire ci-dessous). Pourtant, Back Market, dont le chiffre d'affaires, demeuré secret, a doublé entre 2019 et 2020, n'a pas hésité à structurer une nouvelle augmentation de capital. Une opération de 276 M€, qui établit la série D de la place de marché de revente de produits reconditionnés comme le tour de table le plus important du capital-innovation français (voir tableau ci-dessous), et qui range la société parisienne parmi les licornes hexagonales. Généralement, Thibaud Hug de Larauze, le P-dg avait pris l'habitude, depuis la fin du premier tour, de structurer les processus des levées de fonds avec son équipe, en interne. Pas de roadshow classique cette année puisque le dirigeant a choisi de s'appuyer sur Goldman Sachs Banking, afin de rester concentrer sur son activité. Ainsi, deux fonds américains rejoignent l'actionnariat, avec Generation Investment Management, le fonds co-créé par l'ancien vice-président américaine Al Gore, ainsi que General Atlantic, société d'investissement gérant désormais plus de 53 Md$. «  L'entreprise cherchait des investisseurs globaux pour continuer son développement international, aux États-Unis et en Asie notamment, comme de nombreuses autres sociétés du Next 40. Le marché de la tech française est depuis quelques mois est en train d'éclore à une vitesse grand V. Il y a toujours eu de très bons entrepreneurs et start-up en France, mais pas forcément les capitaux pour qu'ils se développent de manière globale » , explique Édouard Panié, managing director au sein de Goldman Sachs Banking.

Un peu de cash-out 

Thibaud Hug de Larauze, Back Market

Thibaud Hug de Larauze, Back Market

Plusieurs des actionnaires historiques, à l'instar de Goldman Sachs, entré l'an passé, ainsi qu'Eurazeo Growth, Aglaé Ventures et daphni, ont également abondé. « La température de l'entreprise sur l'année écoulée a été très bonne, meilleure que le plan initialement prévu, ce qui a aussi favorisé les conditions pour réunir très rapidement ce tour, évoque le P-dg. Nous avons donc été très sollicités, cependant, nous avons dû limiter les entrées, et fermer la porte à certains, mais l'histoire n'est pas fini. » Pierre-Yves Meerschman, co-fondateur et associé au sein de daphni, indique également que ce tour comprend également un peu de secondaire, sans en dévoiler le montant cependant, « histoire de permettre de donner un peu de liquidités aux business angels, ainsi qu'aux salariés qui bénéficiaient d'options, dans le cadre de ce tour. » En effet, 100 % des salariés, actuellement 480 répartis dans treize antennes dans le monde, se sont vus attribuer des stock options et Bspce (bons de souscription de parts de créateur d'entreprise, ndlr).

Matelas de sécurité pour de la croissance organique et/ou interne

Pierre-Yves Meerschman, Daphni

Pierre-Yves Meerschman, Daphni

Pour rappel, Back Market est concentré sur la consommation de produits reconditionnés, dont le mix aujourd'hui s'est élargit au fil des années et comprend désormais les tablettes, les téléphones, les consoles de jeux, des accessoires informatiques ou encore des appareils photo. Ainsi, la place de marché, qui prélève une commission comprise entre 10 % et 15 %, s'adresse aujourd'hui à l'écosystème de consommateurs, mais également à un écosystème de professionnels, qui représentent plus de 50 % des ventes qui sont réalisées en France, mais également 25 % de tous les reconditionneurs dans le monde. Back Market, qui a pu ouvrir une antenne à Berlin depuis l'an, d'une quinzaine de collaborateurs, s'approche désormais des 50 % du chiffre d'affaires généré à l'étranger, « à une vitesse assez rapide puisque les États-Unis, ouverts il y a deux ans, l'Allemagne et le Royaume-Uni, sont des marchés très profonds et qui accélèrent sur des niveaux très élevés, ajoute Thibaud Hug de Larauze. » De son côté, le Japon, lancé il y a quelques mois, est pour sa part encore trop petit pour peser dans les revenus de l'entreprise. Cette dernière, dont la place de marché est déployée dans treize pays, devrait profiter de son enveloppe pour poursuivre son internationalisation. « La société se ménage aussi des matelas de sécurité, pour pouvoir accélérer dans certains pays, argumente Pierre-Yves Meerschman. Mécaniquement, quand nous sommes en catégorie leader, il y a des concurrents qui apparaissent. Il faut être opportuniste à la fois pour de la croissance interne, pourquoi pas de la croissance externe. Le jeu en vaut la chandelle, ça ne se limite pas aux smartphones, il y a plein de sujets. »

 

 

 

CFNEWS Newsletter

Tous les lundis et mercredis
Recevez tous les lundis et mercredis l'actualité du capital-investissement, fusions-acquisitions, corporate finance.

Les plus gros tours en capital-innovation en France depuis janvier 2020 © CFNEWS.net

Voir la fiche de : BACK MARKET

Voir la fiche de : GENERATION INVESTMENT MANAGEMENT

Voir la fiche de : EURAZEO GROWTH

Voir la fiche de : GOLDMAN SACHS GROWTH

Voir la fiche de : AGLAÉ VENTURES

Voir la fiche de : DAPHNI

Voir la fiche de : GENERAL ATLANTIC

Les intervenants de l'opération BACK MARKET

BioTech, FinTech, MedTech... Suivez tous les deals et mouvements de la TECH sur les réseaux sociaux.