L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Ipackchem emballe un troisième LBO Accès libre

Fort d'un chiffre d'affaires de 120 M€, le fabricant d’emballages plastiques pour l'agrochimie et la parfumerie va quitter Sagard après près de quatre ans de détention pour le fonds américain SK Capital Partners, le valorisant plus de 300 M€.
Par  | 478 mots - 65 conseils
© Ipackchem

© Ipackchem

Ipackchem devrait connaître, à nouveau, un actionnaire majoritaire américain. Créé en 1987 au sein de l'industriel états-unien Air Products, le fabricant d’emballages plastiques pour l'agrochimie et la parfumerie va quitter le portefeuille de Sagard. L'investisseur avait pris la majorité des titres, en 2017, succédant ainsi à Céréa Capital et Bpifrance pour une valorisation de près de 100 M€ (lire ci-dessous). Le duo avait structuré le spin-off de la société du géant britannique Chesapeake (lire ci-dessous). La volonté de cession est née autour de l'été dernier après le rachat de son homologue chinois JRB Packaging lui apportant des revenus supplémentaires de 45 M€ (lire ci-dessous). Plusieurs industriels internationaux ont, alors, fait part de leur intérêt pour l'actif. Par la suite, Natixis Partners a obtenu le mandat pour démarrer les enchères en septembre dernier. Au deuxième tour, quatre fonds, Chequers, Equistone, Stirling Square Capital et SK Capital Partners, avaient remis une offre. Finalement, le choix s'est porté sur le fonds américain SK Capital Partners - accompagné par Rothschild & Co - qui valorise Ipackchem plus de 300 M€. Des négociations exclusives ont, donc, démarré, entre les deux financiers. Le futur actionnaire majoritaire se spécialise, notamment, dans les produits chimiques. Le financement de ce troisième LBO prend la forme d'une dette unitranche.

Une prochaine expansion aux Etats-Unis

Maxime Baudry, Sagard

Maxime Baudry, Sagard

Présidé par son fondateur Jean-Philippe Morvan et employant 850 personnes, Ipackchem intervient dans la conception et la fabrication de bidons plastiques rigides homologués UN. Ses produits sont utilisés pour le transport et le stockage de produits agrochimiques, agroalimentaire ou aromatiques. Le groupe basé à Paris s'appuie sur huit sites de production en Europe, Asie et Afrique afin de servir 500 clients dans 35 pays, principalement dans l'agro-alimentaire. « Depuis notre entrée au capital, outre l’acquisition transformante réalisée en Chine au milieu du confinement de mars, Ipackchem a ouvert deux nouveaux sites en Russie et en Afrique du Sud tout en renforçant considérablement les capacités au Brésil (pièce désormais maîtresse dans le dispositif). Par ailleurs un directeur commercial (Paul Sharp) et industriel (Alexandre Provian) sont venus renforcer l’équipe de direction pour permettre d’accélérer le développement international et d’envisager d’autres acquisitions significatives à court terme », ajoute Maxime Baudry, associé de Sagard. Ipackchem génère, aujourd'hui, un chiffre d'affaires de 120 M€, représentant le double par rapport à l'arrivée de Sagard. Sur la même période, son Ebitda a quasiment triplé à plus de 25 M€. L'arrivée d'un actionnaire américain coïncide avec la volonté du groupe français de réaliser, prochainement, des acquisitions outre-Atlantique.

CFNEWS Newsletter

Tous les mercredis et lundis
Recevez tous les mercredis et tous les lundis toute l'actualité du capital-investissement, fusions-acquisitions, corporate finance.

Les principaux LBO Ter depuis janvier 2020 - © CFNEWS.net

Voir la fiche de : IPACKCHEM

Voir la fiche de : SK CAPITAL PARTNERS

Les intervenants de l'opération IPACKCHEM