L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

CANVIEW

[TECH] Plug In Digital distribue une participation majoritaire

Le distributeur et éditeur montpelliérain de jeux vidéo aux 20 M€ de chiffre d'affaires réorganise son capital lors d'un LBO avec Bridgepoint Development Capital signant la sortie d'Inter Invest Capital.

- 47 conseils
© Plug In Digital

© Plug In Digital

Né en 2012 en région parisienne comme distributeur de jeux vidéo de petits studios indépendants, Plug In Digital remonte depuis quelques années la chaîne de valeur vers l'édition et se positionnera bientôt sur la création. Pour l'accompagner dans ce mouvement naturel dans le secteur, l'entreprise aujourd'hui montpelliéraine fait appel à un nouvel investisseur, après Inter Invest Capital fin 2018 lors d'un tour de 2 M€. Elle a bouclé hier un LBO primaire majoritaire avec Bridgepoint Development Capital (BDC), signé en juillet mais comprenant une clause d'ajustement du prix afin d'attendre la clôture de l'exercice annuel de la cible fin septembre. Emmenée par le fondateur Francis Ingrand, celle-ci avait confié un mandat exclusif à la banque d'affaires Alantra dès septembre 2020 mais n'a débuté ses rencontres avec les fonds qu'à partir de la fin du premier trimestre 2021, une fois effectué le travail préliminaire et d'adaptation du plan d'affaires.

70 M€ d'argent investi et disponible

Olivier Nemsguern, Bridgepoint Development Capital

Olivier Nemsguern, Bridgepoint Development Capital

L'opération voit la sortie totale d'Inter Invest Capital, qui garde pour lui son « très beau TRI », tandis que Francis Ingrand et les quelques cadres associés depuis 2017 toujours salariés réinvestissent une grande part de leur produit de cession. BDC, qui syndiquera une partie à des cadres pas encore actionnaires, s'adjuge une participation de l'ordre de 60 % des fonds propres, mais le dirigeant reste majoritaire en droits de vote. Eurazeo apporte une dette unitranche correspondant à trois fois l'EBITDA, ainsi qu'une ligne d'une quinzaine de millions dédiée à la croissance externe. BDC intervient dans le bas de la fourchette de son fonds IV débutant à 30 M€, alors que la somme de son ticket, de la dette unitranche et des lignes de financement disponibles dépasse les 70 M€. Il s'agit de la première ligne française de ce véhicule d'1,7 Md€ bouclé il y a un an (lire ci-dessous), après deux participations britanniques et une suédoise. Et de la première opération de l'investisseur dans les jeux vidéo. « Il y a quelques années, nous avions longtemps regardé Focus Home Interactive pour un éventuel retrait de cote. Cela ne s'était pas fait mais nous étions toujours intéressés par le secteur, même s'il existe peu de cibles chez les éditeurs », confie Olivier Nemsguern, associé chez Bridgepoint Development Capital.

20 M€ de chiffre d'affaires dont la moitié dans l'édition

Francis Ingrand, Plug In Digital

Francis Ingrand, Plug In Digital

Au dernier exercice, Plug In Digital réalisait 20 M€ de chiffre d'affaires, répartis équitablement entre distribution (sur PC, console, mobile et cloud), et édition. L'entreprise de 45 salariés, dont quatre dans le bureau de Shanghai ouvert il y a deux ans, distribue sur 300 plateformes et boutiques en ligne (Nintendo, Twitch, Steam, Microsoft, Google, Tencent, Orange, Amazon...) les jeux de petits studios ou ceux confiés par des éditeurs (Konami, Bandai Namco, CI Games, Focus Home Interactive, Nacon, Curve Digital, Raw Fury...) pour être présents sur des canaux secondaires à l'échelle mondiale. La stature internationale du distributeur-éditeur s'illustre par 37 % de revenus réalisés en Amérique du Nord, 35 % dans la région Europe, Afrique, Moyen-Orient, 25 % Asie et Océanie, et 3 % Amérique latine. « Au-delà de la dimension patrimoniale de cette opération financière, l'objectif le plus important est de donner les moyens à la société de grandir et d'atteindre une envergure nouvelle, alors que nous avons su nous développer rapidement en levant très peu d'argent jusqu'ici », explique Francis Ingrand.

Acquisitions de studios ou partenaires

Entre les fonds injectés par BDC, sa capacité à remettre au pot et les lignes de crédit disponibles, le montpelliérain ne manque pas de carburant pour alimenter sa croissance. Le métier d'éditeur sera particulièrement financé et pourrait peser 70 % des revenus dans deux ou trois ans, selon l'entrepreneur. Plug In Digital dispose de deux marques en la matière. Dear Villagers, lancée en 2019, édite des titres grand public dont le positionnement évoluera vers davantage d'ambition, jusqu'au "AA". PID Games s'adresse aux jeux de studios indépendants aux thématiques parfois engagées. Les studios intéressent d'ailleurs particulièrement l'entreprise, au point de vouloir en racheter. « Une fois l'activité d'éditeur bien établie, l'étape suivante consiste à intégrer l'IP de studios par acquisition. Plug In Digital a noué d'excellentes relations avec beaucoup d'entre eux », explique Olivier Nemsguern. Des cibles que d'autres éditeurs convoitent également, à l'image des français Nacon, Ubisoft ou Focus Home (voir leur fiche société).

CFNEWS Newsletter

Tous les lundis et mercredis
Recevez tous les lundis et mercredis l'actualité du capital-investissement, fusions-acquisitions, corporate finance.

Les principales opérations capitalistiques dans les jeux vidéo en France en 2021 © CFNEWS.net

Voir la fiche (descriptif, deals, synthèse, équipe...) de :

Les intervenants de l'opération PLUG IN DIGITAL

LBO / LBO Primaire

[Véhicule]

BioTech, FinTech, MedTech... Suivez tous les deals et mouvements de la TECH sur les réseaux sociaux.