L'actualité & Data du capital-investissement : transactions LBO, M&A, Venture Corporate Finance et Private Equity

Filtrer les résultats

ALCENTRA

BVA enquête avec son fonds de dette

L’institut d’études marketing et d’opinion en RJ depuis juin dernier devrait être repris par son principal créancier obligataire...

Lire plus tard

Vivarte rechute dans le lender-led

Malgré un dégraissage massif, le groupe de retail aux 1,4 Md€ de revenus devrait passer à nouveau sous le contrôle de ses créanciers dont il ne peut honorer la prochaine échéance à l’automne.Trois ans après une violente restructuration qui l’a délesté d’une douzaine d’enseignes, Vivarte peine à sortir la tête de l’eau. L’ancien géant du textile, qui s’est recentré autour des marques La Halle et Caroll, a annoncé ne pas pouvoir faire face au prochain remboursement de sa dette en octobre et devra faire jouer le mécanisme de fiducie négocié lors de la dernière restructuration en 2017 (lire ci-dessous). Le consortium de fonds de dette mené par Oaktree, Alcentra, Golden Tree et Babson, qui a pris le contrôle lors du premier lender-led de 2014 se fera donc remplacer par d'autres hedge funds (Hayfin et Anchorage principalement), qui avaient apporté la new money d’un montant de 572 M€, ce qui remettrait les compteurs de la dette à zéro et porterait le montant total de la dette écrasée par Vivarte à plus de 3 Md€.Minelli retiré de la vente mediumCe dernier rebondissement s’explique essentiellement par l’effet Gilets Jaunes, qui a porté le coup de grâce au groupe convalescent en le privant de 30 M€ de revenus et 15 M€ d’Ebitda cruciaux pour combler un déficit qui s’élevait encore à 122 M€ pour son exercice 2018 clos le 31 août dernier, après un résultat négatif de 305 M€ un an plus tôt. L’impact du ralentissement de l’activité lié au mouvement social a aussi fait capoter la vente de Minelli, qui devait contribuer de manière significative au remboursement de la dette, prévu cet automne. Dans un entretien aux Echos vendredi, le président du groupe, Patrick Puy, annonçait que les process de vente de Cosmoparis et San Marina étaient toujours d’actualité. Ce dernier a accéléré, après sa prise de fonctions fin 2016, le processus de cessions d'enseignes engagé par ses prédécesseurs. Kookaï, Pataugas, Naf Naf, André, Besson, Chevignon ont quitté le giron de Vivarte. Les effectifs du groupe aux 1,4 Md€ de chiffre d’affaires, qui comptait 16.000 salariés début 2017, ont été ramenés à 10.000.Lire aussi :Vivarte retaille sa dette (17/03/2017)IKKS habille ses créanciers (19/10/2018)Chevignon dans une boîte à chaussures (19/10/2018)André marche vers un chausseur en ligne (10/01/2018)

Lire plus tard
BNY Mellon - BFT Investment Managers

BFT Direct Lending se lance

Le véhicule de dette privée issu d'un partenariat entre BNY Mellon IM et BFT IM, filiale d'Amundi bouce un premier closing à...

Lire plus tard
Fraikin

Fraikin roule avec ses créanciers

Le loueur européen de véhicules industriels est désormais contrôlé par...

Lire plus tard
LBO  |  Retournement Article

Vivarte retaille sa dette

Le géant du textile en difficulté obtient une coupe de sa dette de...

Lire plus tard

Groupe Bio 7 s’étend en Touraine

Le groupe de laboratoires de biologie médicale s’invite chez le tourangeau...

Lire plus tard
Altares

EXCLUSIF | Altares se refinance

Le fournisseur d’informations inter-entreprises en LBO avec Ardian a remboursé, grâce à...

Lire plus tard

Desk et HLF font bonne impression

Le distributeur d’imprimantes et le loueur de biens technologiques sont réunis par...

Lire plus tard

Restructuration record pour Vivarte

Les 116 créanciers du groupe multi-marques en LBO avec Charterhouse, Chequers et Sagard depuis 2007 abandonnent...

Lire plus tard
LBO  |  Retournement Article